21 août 2006

Episode 11. Jeudi 28 juillet. Lui

"Non, je ne pars pas, on est toujours dans les travaux.- Et alors, ça avance ?- Là on est dans le carrelage, imagine la galère : si c'est pas bien posé, quand on marche dessus, on pète tout !- Excusez-moi, mesdemoiselles."Un homme, grand, brun, ténébreux, assez beau mais trop vieux au goût d'Anna, vintinterrompre la conversation des deux jeunes femmes."Monsieur ? interrogea Christelle, la standardiste.- Je souhaiterais voir Mme Nelly Duval.- Vous avez rendez-vous, monsieur...- Non. Dites-lui que je viens la... [Lire la suite]
Posté par hkhk à 22:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 août 2006

Episode 10. Mardi 26 juillet. Rien que tous les deux

« Bonjour tout le monde. Ceci est notre dernière réunion avant lami-août. Je serai en congé à partir de vendredi soir, pour deuxsemaines. Comme d’habitude, je reste joignable sur mon portable en casd’urgence. D’abord, un tour des livres de la rentrée. Pour les romans,tout a été livré. Nous sommes dans les temps par rapport auxconcurrents. Vous savez que nous avons avancé ces livraisons de larentrée littéraire pour que la presse puisse travailler bien en amont.Je ne détaille pas plus, c’était le sujet du dernier séminaire,... [Lire la suite]
Posté par hkhk à 17:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 août 2006

Episode 9. Simples mortels

Je ne suis pas un être malfaisant. Mes amis diraient de moi que jesuis un agneau qui a mangé sa mère. Pour ma part, je me définis commeun pur esprit incarné dans un corps malcommode ; or trop d’esprit ettrop peu de corps font souvent peur.Je suis grand, trop étroit et anguleux. Les femmes aiment mes yeux, mes mains et mon allure, les hommes mes fesses et mes mains. J’ai 44 ans, mais j’en parais dix de moins. Ca m’a valu quelques mésaventures et pas mal d’avantages, dont je n’use qu’avec réticence. Je n’aime pas... [Lire la suite]
Posté par hkhk à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 août 2006

Episode 8. Vendredi 22 juillet. Envers et contre tout

Brasserie Le Bonaparte, quatorze heures.Au fond de la salle, un couple d’amoureux se dévore des yeux, les mains jointes au-dessus des assiettes vides. Le garçon murmure quelque chose à la fille, qui rit en renversant la tête. Elle sort de son sac à main un petit portefeuille de cuir marron, en extirpe un billet qu’elle cale sous son verre à pied. Ils se lèvent ; il la tient par la taille.Alors qu’ils passaient devant le bar, une main leur fit signe.« Anna !- Emilie...- Salut, Jérémy. »Emilie et Anna se faisaient face, debout... [Lire la suite]
Posté par hkhk à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]